"J'ai agi pour faire face à des menaces internationales, j'ai agi pour faire face à des menaces concernant nos intérêts économiques"

Publié le par L'équipe du blog

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a nié vendredi avoir "participé à une quelconque manoeuvre politique" après avoir été mis en examen pour "complicité d'usage de faux" et "complicité de dénonciation calomnieuse" par les juges d'instruction Henri Pons et Jean-Marie d'Huy en charge de l'affaire Clearstream.

 
444139133-mise-en-examen-de-dominique-de-villepin-dans-l-affaire-1-.jpg
"A aucun moment je n'ai demandé d'enquête sur des personnalités politiques. A aucun moment, je n'ai participé à une quelconque manoeuvre politique", a déclaré M. de Villepin devant des dizaines de journalistes massés devant le pôle financier du Palais de justice de Paris.

"J'ai agi pour faire face à des menaces internationales, j'ai agi pour faire face à des menaces concernant nos intérêts économiques", a-t-il ajouté, précisant que cela relevait de son "devoir" de ministre.

"Je ne vous cache pas que ces mises en cause sont douloureuses pour moi et ma famille", a insisté M. de Villepin, très bronzé après une quinzaine de jours de vacances à Tahiti. Resté moins d'une heure au pôle financier, il n'a pas souhaité répondre sur le fond de l'affaire avant d'avoir pu consulter le dossier dans son intégralité.

"Il n'a jamais eu accès au dossier auparavant. Il fait 26 tomes aujourd'hui. C'est un dossier qui mérite d'être analysé avec un oeil neuf", a déclaré l'un de ses avocats, Me Olivier d'Antin, lors d'une courte interruption de l'audition.

Il a expliqué que son client allait décider après consultation du dossier s'il contestait ou non la compétence des juges d'instruction. "Il y a plein de questions là-dessus, des questions d'opportunité, des questions juridiques", a souligné Me d'Antin. "Trop rapides ont été ceux qui ont déduit de ses déclarations qu'il avait pris sa décision".

Arrivé vers 9h40 en limousine noire aux vitres teintées devant la porte du pôle financier, Domnique de Villepin en chemise blanche, cravate bordeaux, a mis sa veste de costume sombre devant les nombreuses caméras. Bronzé et souriant, il avait salué les gendarmes. Il était accompagné de ses deux avocats, Mes Olivier d'Antin et Luc Brossollet. 

Source: AFP

Publié dans L'affaire Clearstream

Commenter cet article

Bertrand de Cordier 28/07/2007 13:46

A Mathilde qui conteste le droit de s'exprimer prouvant ainsi que la justice française est bien une justice dugne d'une république bananière.

Si elle n'est pas contente de mes propos elle peut rentrer chez elle.

Je m'exprime car j'en ai le droit et d'ailleurs elle me le demande je balaye devant ma porte c'est à dire en France.

On parle d'Outreaux mais il y a eut l'affaire Dyle condamné injustrement sans oublier celui qui a été guillotiné par Giscard et qui était innocent car la justice pourrie de notre pays n'a jamais prouvé la culpabilité du guillotiné "le corps coupé en deux comme a dit Badinter"

Ou bien vous etes de mon avis sur la piètre qualité de notre justice ou bien vous lui faites confiance comme ces centaines d'innocents qui croupissent en prison.

Bertrand de Cordier

Villepiniste jusqu'au bout 28/07/2007 13:28

Pourquoi ne pas organiser une Réunion de soutient à dominique de Villepin . En parlant sur le Blog et en le soutenant on l'encourage à se battre mais ce qu'il faut c'est créer un Véritable Elan POPULAIRE contre ce complot . Comme il y a marqué Halte au complot . Je pense que ce serait mieux . Si au début on est 20 à 50 à la fin on sera très nombreux . Maintenant il faut se battre

mathilde 28/07/2007 13:10

Bertrand de machin chose....vous nous emmerdez avec votre morale à 3 balles .
Je crois que vous devriez commencer à balayer devant votre porte à Kinshassa.

Mathilde de machin chose !

Jean Louis 28/07/2007 09:39

En ce jour difficile que vous avez passé,tout homme qui a de hautes responsabilités est soumis un jour ou l'autre a la trahison,a la jalousie,a la medisance ,en tant qu'ancien responsable d'Entreprise,j'ai rencontré ces problemes mais un jour ou l'autre la roue tourne contre ceux qui ont lancés cette machinale infernale.qui trop en fait,mal etreint.

Respecteueuses salutations

Bertrand de Cordier 28/07/2007 09:13

Au commentaire n° 30 "F" qui n'a pas le courage de sihner son article il serait bon qu'il se souvienne que dans l'affaire Outraux où la justice française démontre bien qu'elle est celle d'une république bananière qu'un homme est mort suite à des accusations qui se sont révélées fausses et le premier ministre de l'époque n'a pas eut de mots pour dénoncer le système judiciaire français qui veut que le justice ne se trompe jamais.

Aujourd'hui c'est à son tour d'avoir affaire à la justice et lui dispose de moyens financiers et autres pour se défendre ce que n'ont pas eut les pauvres accusés de l'affaire outraux, ils sont ruinés moralement physiquement et financierement mais n'ont meme pas eut droit à un "BLOG" pour s'exprimer.

Deux poids deux mesures, il est certain que les résaux de vilepin vont empêcher sa mise au cachot meme à titre préventif, peu importe qu'il soit coupable ou non, il se doit de répondre aux questions des juges.

C'eut été un citoyen lambda son attitude lors de la dernière entrevue avec les deux juges l'aurait mené droit en prison mais là, comme c'est un ancien premier ministre il est ressorti libre.

Dans les républiques bananière c'est ce qui se passe, celui qui a les moyens paie une 'caution" et ne va pas en prison.

L'image de la France est pitoyable car représentée par des gens pitoyable.