Villepin laisse entendre que Sarkozy a pu "impressionner" la justice

Publié le par L'équipe du blog

« Le vrai Villepin est de retour ! » exultent ses amis. L'ancien premier ministre est encore monté d'un cran dans sa critique quasi quotidienne de l'action de Nicolas Sarkozy.
 
Dans l'émission « Esprits libres » diffusée demain soir sur France 2, Dominique de Villepin revient sur l'affaire Clearstream. « Le 13 septembre au soir, (jour de son audition chez les juges, NDLR), l'histoire qui est au coeur de ce dossier sera finie ». « Qui l'a organisée ? », interroge-t-il. Dans une allusion à des propos prêtés à Nicolas Sarkozy, voulant « pendre à un croc de boucher » le responsable de l'affaire, il ajoute : « Quand on dit qu'on veut»pendre quelqu'un à un croc de boucher* et qu'on est ministre d'État, ministre de la sécurité ou président de la République, on impressionne d'une façon ou d'une autre la justice. »
 
« Ma sérénité est totale », continue Dominique de Villepin. « Quand on n'a rien à se reprocher, on n'a pas peur », précise celui qui est mis en examen pour complicité de dénonciation calomnieuse, recel de vol et recel d'abus de confiance, complicité d'usage de faux.
 
Les charges de l'ancien chef du gouvernement portent aussi sur la politique du chef de l'État. « Je pose une question : est-ce que si on se contente d'appliquer toutes les promesses de Nicolas Sarkozy, la France ira mieux ? Et je dis : c'est pas sûr », a-t-il lancé hier sur Canal +. Le matin, sur France Inter, il avait tancé les « béni-oui-oui » et les « cire-pompes ». « Ce n'est pas quand vous êtes entouré de béni-oui-oui, de cire-pompes et de courtisans que vous faites avancer le pays », a-t-il dit, invoquant l'exemple du Bourgeois gentilhomme, personnage fat, entiché de noblesse, créé par Molière.
Source: le Figaro

Publié dans L'affaire Clearstream

Commenter cet article

Diana 11/09/2007 04:35

Mathilde, moi aussi j'ai lu le livre sur l'affaire Stern et je me pose les mêmes questions que vous. Peut-on encore croire à l'indépendance des juges d'Huy et Pons vis-à-vis du pouvoir actuel ? J'ai ma petite idée...

yannick 07/09/2007 12:02

sarkozy reconnait le talent exceptionnel de son rival villepin.
il lui confie une mission sur l'iran mais il a décliné en évitant de faire l'ombre à Bernard kouchner.
Bravo grand dominique.

mathilde 06/09/2007 17:11

Voici le livre censuré en "Suisse" et quasiment censuré en France, car passé sous silence médias.

MORT D'UN BANQUIER : les dessous de l'affaire STERN.
Présentation de l'éditeur
Le 1er mars 2005, le banquier Edouard Stern est retrouvé mort à Genève. L'enquête s'annonce délicate. La trente-huitième fortune de France, ami intime de Nicolas Sarkozy, a été abattu de quatre balles à bout portant. A New York, Londres, Hong Kong, Paris et Genève, l'annonce de son assassinat secoue le monde de la finance. On spécule sur un contrat lancé par la mafia russe. La police genevoise est déjà sur la piste de Cécile Brossard, la maîtresse du banquier. Son départ précipité pour l'Australie éveille les soupçons du juge d'instruction Michel-Alexandre Graber. Quinze jours après le crime, La Française avoue. Parce que son enquête interfère avec des dossiers sensibles, le magistrat va se retrouver au cœur de la terrible lutte d'influence qui fait rage au sommet de l'Etat français. Rhodia, Clearstream, le scandale " Pétrole contre nourriture ", les contrats d'armement, la justice helvétique marche sur des neufs. Le cocktail est explosif. Homme de pouvoir et d'influence, Edouard Stern a laissé dans ses coffres de nombreux documents. Certains seront saisis par les juges français Jean-Marie d'Huy et Henri Pons. A quelques mois de l'élection présidentielle, l'assassinat du financier français a des relents d'affaire d'Etat. Tout va être mis en œuvre pour repousser le procès après le scrutin de juin 2007. Après plus d'un an d'enquête, le " coup de folie " de Cécile Brossard reste une énigme. A-t-on peur de ce qu'elle pourrait révéler pendant son procès ?

Biographie de l'auteur
Valérie Duby, licenciée en sciences politiques, est journaliste à Genève. Elle a travaillé pour le journal La Suisse avant d'intégrer La Tribune de Genève, où elle s'occupe des affaires criminelles et judiciaires. Alain Jourdan a travaillé pour de nombreux journaux régionaux. Spéclalisé dans les dossiers politiques et judiciaires, il a quitté Le Progrès de Lyon en 2001 pour rejoindre La Tribune de Genève.

XXXXXXXXX

A méditer !
Pourquoi Mesdames et Messieurs les journalistes ne publiez-vous pas des pièces volées de ce dossier, alors que les juges "D'Huy & Pons" en charge pour la France sont les mêmes que ceux qui traitent Dominique de Villepin comme un gangster et le rançonnent de 200 000 euros ???

Aux dernières nouvelles, ce procès aura lieu début 2008 et devrait durer un mois plein.

Y a-t-il un fil conducteur ???
A méditer !

Olivier 06/09/2007 16:52

Dominique De Villepin de retour!!! j'ai hate de regarde l'émission de demain, Si Villepin se sort de l'affaire clearstream tout change!!! Il peut faire un retour fracassant en politique et préparer le terrain pour 2012 pourquoi pas!! Il a dit que son horizon n'était pas Sarkozy mais la France, cette phrase prouve tout de l'ambition de DDV qui est 2012 mais avant tout ca de contester intelligemment la politique de Sarkoléon!!! Bravo DDV, j'étais pas pour le CPE mais la tu reviens en force et efficacement!!!

laetimeg 06/09/2007 16:47

Pour avoir participer à l'enregistrement de "Esprits Libres", je peux vous dire que ce petit extrait n'est rien à côté de tt ce qu'il a pu dire dans cette émission.
Je le répète à tt le monde!!
ça a été du très grand villepin!!!!
Dans une table ronde avec Allègre (qui s'est fait démonté) et Regis De Bray qui a tout simplement enscencé Villepin!!! C'était magnifique...