Villepin et Bayrou, seuls opposants ?

Publié le par L'équipe du blog

Le spectacle offert par la gauche confirme chaque jour un peu plus cette réalité : Dominique de Villepin et François Bayrou apparaissent comme les seuls hommes politiques debout face à Nicolas Sarkozy.

 

L'opposition à Sarkozy ? En entendant François Hollande s'empêtrer, le 26 septembre sur France Inter, dans une critique « technique » des dérapages budgétaires probables du gouvernement Fillon (comme si cette orthodoxie budgétaire était l'atout maître de la gauche), on se dit forcément que Nicolas Sarkozy ne dispose plus que deux opposants résolus en face de lui. Le premier s'appelle Dominique de Villepin.

Villepin attaqué. Villepin inculpé par une plainte que le président a lui-même déposée et qu'il refuse de retirer, ce qui est inédit dans l'histoire de la République. Villepin moqué par les roquets sarkozystes. Villepin ignoré par les médias qui ont à peine évoqué sa lettre au Président pourtant oh combien instructive sur l'affaire Clearstream. Villepin boycotté par France 2 qui a annulé son invitation au JT. Mais Villepin debout. Villepin résistant contre la tyrannie d'un chef de l'exécutif Villepin plébiscité par les lecteurs qui se ruent en librairie pour acheter son dernier livre, un pavé historique sur Napoléon, le hissant ainsi au top 50 de la librairie générale. Villepin ? Le dernier homme politique français.

Ou l'avant-dernier, avec François Bayrou. Lui aussi reste debout. Malgré son échec aux législatives. Malgré la trahison de ses lieutenants tous passés chez Sarkozy pour un maroquin. Bayrou lui aussi auteur de l'année, loin devant Sarkozy avec son « projet d'espoir » (Plon) vendu à 370 000 exemplaires. Bayrou qui seul a su capter l'esprit du régime en dénonçant le cirage de pompes, le Fouquet's et l'escapade à Malte, les cadeaux fiscaux aux riches et les errements de la politique étrangère.

Le PS ? La gauche ? Ils paraissent plus motivés par la conservation des « acquis municipaux » que par la lutte contre Sarkozy. Quand on ne voit pas un à un, les élus de la gauche rêver tout haut d'un poste dans le deuxième gouvernement de Sarkozy. Voir Allègre. Voir Valls. Après Jouyet, Kouchner et les autres.

Est-ce un hasard ? Bayrou et Villepin ont un même référent, le Général de Gaulle, celui-là même qu'Henri Guaino, la plume du Président s'efforce d'installer comme « l'inspirateur » du sarkozysme. Le souci est louable et pertinent : le besoin d'un nouveau de Gaulle est fort dans la société française. Mais le général savait concilier la centralisation et la hiérarchie des priorités avec une vision de long terme, une intuition forte sur l'horizon de la nation. En regard de ce référent nécessaire, Nicolas Sarkozy, qui gouverne à la godille, est un nain politique.
Dans cinquante ans, les historiens évoqueront encore le discours de Villepin à l'ONU. Celui de Sarkozy lundi sera vite oublié…

Source: Marianne

Publié dans Dominique de Villepin

Commenter cet article

Villepiniste 27/09/2007 20:11

Hausse surprise du chômage en août
Le nombre de demandeurs d'emploi est en hausse de 0,6% en août, soit une première hausse sensible depuis mars 2005. Pour la première fois, le taux de chômage au sens du BIT n'est pas diffusé. La publication se fera désormais tous les trois mois au lieu de tous les mois, conformément aux dispositions du rapport sur la réforme du calcul du chômage rendu lundi.
Je crois qu'il y avait une qu'une fois sous Dominique de Villepin une hausse si élevée du chômage . Peut être que le chômage continuera a baisser mais moins rapidement que sous le gouvernement de Villepin .

Villepiniste 27/09/2007 19:29

Il y aura pas d'injustice ni de Prison pour l'Homme d'Etat qu'est Dominique de Villepin . On met pas des personnes de cette stature derrière les verrous . Quoi qu'il arrive j'ai été là , je suis là et je serai là . You'll Never Walk Alone . La France rste encore une Démocratie .

samira 27/09/2007 11:40

Extrait du « Soleil noir de la Puissance » : « Redoutable manœuvrier, ce dernier a su parvenir au pouvoir en épousant les pulsions populaires successives, dans l’espoir peut-être de mieux en contrôler le cours. Capable de reculer si nécessaire, il a été à la pointe du combat parlementaire contre la monarchie, avant d’édifier une « idéocrature », totalitarisme de la vertu qui s’autorise de la pureté et de la grandeur de l’idéal républicain pour mieux justifier l’extermination de ses adversaires et la concentration du pouvoir entre les mains du Comité de Salut public ».

Toute ressemblance avec un personnage contemporain serait bien sûr une simple « illusion d’optique ». De qui, à votre avis, Dominique de Villepin parle t-il dans ce passage de son livre ? Vous l’aurez deviné, il s’agit de S…non, non, non il s’agit de Robespierre ! Eh bien il y a plus de 2 mois j’avais écrit sur le blog de notre très cher Jean-Pierre Grand que l’époque qui semblait déjà se dessiner sous nos yeux comprenait de furieuses ressemblances avec celle de Robespierre, et qu’il suffisait, pour ceux qui l’ont un peu oubliée, de se replonger dans les écrits des historiens qui évoquent les méthodes et postures politiques utilisées alors, pour s’en convaincre. Cela justifie, de la part des Français, une vigilance des plus exigeantes !

Sur Radio J, Dominique de Villepin a également dit, sur un ton assez énervé d’ailleurs, que comparer l’affaire Clearstream avec celle de Dreyfus serait une erreur morale et intellectuelle impardonnable. Comme le Villepinisme cultive la liberté de penser, je persiste dans ce que j’ai déjà exprimé, à savoir que je rejoins entièrement l’analyse de Jean-Pierre Grand lorsqu’il dit que l’affaire Clearstream contient tous les ingrédients pour devenir une nouvelle « affaire Dreyfus ». Si l’injustice qui est actuellement faite à Dominique de Villepin se confirmait à cause de l’aveuglement manifeste de la Justice, la France courrait le risque de se diviser, comme naguère, en deux pour entrer à nouveau dans une période de très forte agitation. Car au travers de cette affaire, ce sont véritablement deux visions politiques diamétralement opposées de la France qui se livrent combat. Espérons-donc, pour notre pays, que cette manipulation Clearstream cesse aussi vite que possible.

Villepiniste 26/09/2007 21:37

Pour une fois qu'un journaliste a une analyse démocratique et loin du chef de l'exécutif . Je dis Bravo . Dominique de Villepin n'est pas un homme politique à abandonner aux premières pentes qui montent et il s'accrochera même en apenné . Les Grands hommes ne meurent jamais ils se ressourcent . L'exemple pour moi dans ce domaine est Nelson Mandela et son combat contre l'apartheid

Julien 26/09/2007 19:57

Dominique de Villepin n'est pas un opposant, mais la conscience de notre pays. C'est un homme politique, il est debout. Je souhaite remercier Marianne pour son très belle article.