AGENDA!

Publié le par L'équipe du Blog

Dominique de Villepin sera demain,  jeudi 22 novembre, l'invité d'Inter de Nicolas Demorand dès 8H19.

Commenter cet article

Villepiniste 22/11/2007 08:45

La mise en accusation de Jacques Chirac pour ma part est logique . Nicolas Sarkozy continu son entreprise de purge . Je pense que cette démarche , va conduire l'UMP à son auto démolition . Ensuite en tant qu'ancien Chiracien et aujourd'hui Villepiniste je ne suis pas triste . Chirac a éliminé Juppé et tenté de faire la même chose avec Dominique de Villepin . Celui qui a cédé à la Rue lors du CPE c'est Chirac , celui qui a pas ouvert les yeux sur le complot que subissait Dominique de Villepin avec l'affaire Clarstream c'est encore lui , celui qui a refusé d'annoncer sa non candidature à la Présidence jusqu'au moi de Mars c'est encore lui . Il déplié un tapis Rouge à Nicolas Sarkozy . Aujourd'hui si Dominique de Villepin n'est pas Président c'est en grande parti de sa faute . Néanmoins dans quelques années mon jugement sera peut être différent .

dlr 22/11/2007 06:12

Quand Stéphane Tapie (le fils de) ne paie pas le loyer de son 220m² à Neuilly, c'est papa qui passe un coup de fil et reçoit l'aide de Claude Guéand à l'Elysée, de Jean-Louis Borloo et de la Caisse des Dépôts. Sympa, surtout quand l'ardoise de loyers impayés s'élève à presque 90 000 euros !

sur http://resistancegaulliste.hautetfort.com/

Philippe 22/11/2007 04:30

Chère Samira,

Tout d'abord, je voulais vous remercier une nouvelle fois pour votre travail méticuleux et précis que j'ai bien reçu, car sa qualité sur tous les plans mérite d'être saluée.

Concernant votre crainte sur les questions de communication publique, craintes fort légitimes, je tiens à vous rassurer un peu: les faits énoncés en argumentaires pour les élus "villepinistes" et Dominique de Villepin sur le thème cité ne sont que ceux qui peuvent être rendus public et/ou le sont déjà ici et là.

Evidemment, d'autres actions de diverses natures sont en cours, mais je n'en parlerai pas ici, comme ailleurs. Il y a donc ce qui est public, mais aussi ce qui nécessite pour le moment une discrétion absolue.

Sur ce point, nous sommes aussi d'accord.

Il s'agissait ici de répertorier les arguments tactiques et stratégiques qui soutenaient l'initiative publique proposée, en toute clarté et transparence publiques.

Par ailleurs, il me semble que les récents événements médiatiques (mise en examen de Jacques Chirac, lente descente aux enfers judiciaires de Mme alliot-Marie) confirment la justesse de fond de mon analyse sur la volonté de détruire tout ce qui est chiraquien, gaulliste et "assimilés" à ces courants de pensée politique.

"Les crocs de boucher" sont prêts et se mettent en place, les bourreaux publics n'étant bien sûr que des instruments "objectifs" au bout d'une machination que ce blog dénonce, mais peut-être pas assez fortement et fermement, de mon point de vue.

Car, si vous avez raison sur la gravité pour l'image internationale de la France que représente l'annonce médiatisée de la mise en examen de l'ancien Chef de l'Etat- chose dont se moquent totalement les sarkozystes car seuls comptent à leurs yeux les intérêts et ambitions du chef- le fond de l'affaire, si je puis dire, est la mise à mort politique programmée, par voie judiciaire, des mis en examen ou des témoins, assistés ou non selon les versions.

En clair, ce n'est plus seulement Dominique de Villepin à qui "on" promet et prépare les "crocs de boucher", mais à l'ancien Chef de l'Etat et à ses fidèles, y compris celles et ceux ayant "fait allégeance" en entrant dans le gouvernement.

Certains journalistes d'investigation que je fréquente me disent que la mise en examen de Jacques Chirac était aussi au "menu", si je puis dire, du rapprochement politique global entre Nicolas Sarkozy et son ami G W Bush.

La vengeance est ici un plat qui se mange froid, mais que les plus radicaux des Républicains américains applaudissent, en soulignant que c'est le mis en examen qui s'était opposé en 2003 à la guerre voulue et planifiée pour les intérêts que tous savent en Irak.

C'est- au delà de la personne et de la fonction anciennement occupée- la politique d'indépendance de la France et sa place dans le monde de demain qui est visé avec cette mise en examen que les "bushistes" saluent comme un règlement de comptes à OK Corral- Sarkoland.

C'est donc l'avenir du pays, aujourd'hui menacé par le rapprochement des deux gouvernements français et américain, qui est à la racine POLITIQUE de cet acharnement politique sous couvert judiciaire contre Jacques Chirac. Et bientôt, d'autres de ses proches, dit-on ici et là, dans les milieux dits "informés".

C'est ce fond politique concret qui les menace aussi en premier que les "villepinitses" devraient comprendre et auquel il serait nécessaire qu'ils réagissent collectivement à la hauteur de l'enjeu qui est le futur du pays.

Une réaction appropriée serait la création au plus vite d'un mouvement politique indépendant autour de Dominique de Villepin.

Faute de réaction adéquate, ce ne sont pas des insomnies passagères propices à la création littéraire que l'ancien Premier Ministre aura, mais un cauchemar quotidien qui vise à le briserqu'il vivra. Avec d'autres de ses amis politiques.

La preuve est faite par la mise en examen de Jacques Chirac qu'aucune compromission n'est possible avec le sarkozysme, qui est un système de destruction des êtres, de valeurs de la République et des positions internationales de la France.

Au contraire, la seule voie de sortie est la rupture totale avec le système sarkozyste. Et le plus vite et le plus clairement sera le mieux pour les intéressés et la France.

Bien amicalement,

Philippe 22/11/2007 02:01

Pendant que la Justice poursuit "spontanément" et, bien évidemment, sans ordre du Parquet (lire du Ministère de la Justice dirigé par Mme Dati), Jacques Chirac, mis en examen, et se prépare à entendre Mme Alliot-Marie comme "témoin assistée" (un pas possible vers une potentielle mis en examen aussi), le gouvernement, par petits paquets, accorde d'une main aux grévistes de la SNCF et de la RATP, sous des formes diveres, l'argent qu'il annonçait leur prendre de l'autre.

L'hypocrisie et le mensonge sont des données quotidiennes avec les sarkozystes.

Ce gouvernement suit une stratégie à la petite semaine, joue les matamores en public pour céder en toute discrétion sur ce qu'il annonçait vouloir faire. Il est déjà en crise.

Mais, pendant que son vrai chef, Nicolas Sarkozy (Fillon n'étant plus que l'ombre décalée de son "ami" Président), pérore et gesticule, annonce à coups de tam-tam qu'il ne recule pas quand il cède progressivement et aligne les dizaines de millions d'euros, la crise financière se rapproche de la France et de l'Europe à grande vitesse.

Ce n'est pas moi qui le dit, ce sont les faits et les chiffres que les sarkozystes, perdus dans leur dogmatisme criard, ne voient même pas, aveuglés par leurs coups tordus et leur plan communication lamentable.

Et là, on ne parle pas de centaines de millions d'euros de perdus à cause des grèves ou redonnés après ces dernières, on évoque la perte de centaines de milliards d'euros en Europe!!!

Une banque, la Société Générale, donne le la dans cette crise en forme de krach qui approche.

Ceci tandis que Sarkozy continue à se gaver de grands mots et voit, avec une sincère tristesse, j'en suis certain car la sincérité est sa plus haute vertu (interdit d'éclater de rire ici), Mme Alliot-Marie et Jacques Chirac être "embourbés" dans les affaires judiciaires qui ont été créées.

Par qui,au fait? Et pour quelles raisons?
Les lecteurs auront peut-être une idée.....

Lisons la presse qui annonce la réalité qui vient.

------------------------------------------

21/11/07 16:12 Société Générale : plonge, Goldman Sachs dégrade.


(Cercle Finance) - Société Générale plonge de 5,95% et signe la plus forte baisse du CAC40 tandis que Goldman Sachs a dégradé sa recommandation sur le titre et conseille désormais de vendre l'action.

Goldman Sachs a décidé d'abaisser sa recommandation sur Société Générale en raison, selon le broker, de l'exposition du groupe bancaire français aux marchés de capitaux et/ou à une exposition directe à une nouvelle potentielle dégradation du marché des crédits subprime.

Plus globalement, le courtier estime que l'ensemble du secteur bancaire tant en Europe qu'aux Etats-Unis devrait subir de nouvelles conséquences de la crise du subprime. Ainsi, les revenus et bénéfices des groupes bancaires devraient de nouveau être affectés par de nouvelles vagues de ' re-sets ' en lien avec la crise du subprime.

Aux yeux du broker, ces pertes liées au subprime pourraient atteindre entre 211 et 402 milliards de dollars. Selon Goldman Sachs, les banques et brokers sont exposés à hauteur de 644 milliards de dollars au marché du subprime américain et ces positions pourraient générer des pertes de l'ordre de 103 milliards de dollars.

Au delà de ces pertes, le courtier souligne que la crise du subprime pourrait également générer un ralentissement des activités de fusion et acquisition car les acteurs connaissent des difficultés à équilibrer leur comptes.

Ravilob Nomis 21/11/2007 23:05

On l'attend avec impatience. RN