Extraits d'articles de Taipei soir

Publié le par L'équipe du Blog

Philippe nous signale des articles de Taipei soir dont nous vous communiquons ici quelques extraits. Ce sont des articles qui datent de l'été 2006. Ils ont toutefois le mérite de montrer que l’affaire sujette à des rétrocommissions n’est visiblement pas du tout traitée par la justice française. Pour lire les articles dans leur intégralité, vous pouvez vous rendre sur le site de Taipei soir. D’après l’information qui figure sur la page d’accueil, ce site a cessé de fonctionner et reprendra son activité en janvier 2008.  

TAIPEI - Taipei Soir: Mardi 25 Juillet 2006
« Lee Teng-hui est prêt à témoigner dans l'enquête sur les frégates Lafayette.
L'ancien président, Lee Teng-hui, a déclaré qu'il était prêt à témoigner comme témoin dans l'enquête menée sur le meurtre et les rétro-commissions versées lors de l'achat en 1991 des frégates Lafayette en France, selon le Président du Taiwan Solidarity Union (TSU) , Su Chin-chiang, parti dont Mr Lee est le "père spirituel". Mr Lee aurait déclaré, selon Mr Su, qu'il ferait face, si nécessaire, aux questions que la justice désirerait lui poser. Lee Teng-hui a été président de Taiwan de 1988 à 2000.
L'équipe d'enquête spéciale à propos de cette affaire, avait récemment indiqué désirer questionner Mr Lee sur ses rapports avec certaines personnes qui pourraient être impliquées dans cette affaire et pourquoi le gouvernement a changé d'idée en 1991 pour finalement acheter ces frégates en France, plutôt que le modèle sud-coréen qui était initialement prévu. L'équipe a déjà entendu deux autres témoins clés, l'ancien Premier Ministre de l'époque, Hau Pei-tsun, et l'ancien Ministre de l'Economie de l'époque, Vincent Siew, qui devint ensuite le dernier Premier Ministre de Lee Teng-hui […]
L'équipe enquêtrice examine actuellement le nombre important de dossiers transmis par la Haute Cour suisse en lien avec les fonds déposés dans des banques suisses par les personnes impliquées dans ce scandale, dont les 46 comptes en banque au nom de Andrew Wang, le principal suspect, ses trois fils et l'entreprise de Wang »


TAIPEI - Taipei Soir : Mercredi 14 Juin 2006
Un témoin clé dans l'affaire des frégates pourraient prochainement parler
 Le député du Parti Démocratique et Progressiste (DPP) Ker Chien-ming, a indiqué hier qu'un témoin clé dans l'affaire des frégates de Taiwan, pourrait prochainement parler à la presse à propos de ce scandale. De retour à Taiwan ce lundi soir, Tu Cheng Chun-chu fut l'intermédiaire légal dans l'affaire avec une compagnie allemande et fut un témoin clé dans l'assassinat du capitaine de marine Yin Ching-feng […]
Le Cpt.Yin fut assassiné à la fin de 1993 car il avait probablement menacé de révéler tout le scandale entourant l'achat des frégates auprès de la France. Le commentaire de Mr Ker arrive quelques semaines après qu'on ait appris l'arrestation de deux frères, anciens officiers dans la marine, qui ont admis avoir détourné par des fonds en Suisse, 20 millions de dollars américains, qui servirent en partie à payer les différents intermédiaires dans cette affaire, autant en France, qu'en Chine ou à Taiwan. Après plusieurs semaines d'interrogatoires intensifs, Kuo Li-heng et son frère Kuo Wen-tien ont avoué avoir détourné cet argent pour le compte du marchand d'armes en fuite actuellement, Andrew Wang […]
Toujours dans cette affaire, nous avons appris que le gouvernement avait demandé à la France en début de semaine de lui transmettre les dossiers classés secret à propos du scandale et des meurtres survenus à Taiwan depuis l'achat de ces frégates en 1991. Les nombreuses demandes de la justice française de déclassifier les dossiers sont pour le moment restées sans suite.
 

Publié dans L'affaire Clearstream

Commenter cet article

Chiou Djie-hong 01/02/2008 14:55

Bonjour à tous,
Merci de vos compliments ...
Je tenais à préciser que TAIPEI SOIR est réouvert et a repris son activité depuis quelques jours ..., et nous continuerons à parler des frégates Lafayette ... bien entendu ^_^

Chiou Djie-hong
Rédacteur en chef de Taipei Soir

Philippe 26/11/2007 02:08

Merci à la rédaction pour le passage en ligne de l'article du Taipei Soir, relié à d'autres, écrits sur ces affaires sur ce site médiatique francophone qui va rouvrir bientôt...et donc continuer son excellent travail.

Oui, il est intéressant que toute coopération de la Justice française avec les Juges et enquêteurs taiwanais sur ces affaires ait été interdite ou empêchée depuis le début du scandale des frégates.

Comme il est curieux que personne -pas mêmes des médias français comme Marianne, l'Express ou Libération- n'ait pensé à accueillir les témoignages de première main de Lee Tenh Huei et d'autres personnages taiwanais prêts à témoigner.

Le fait de permettre à Dominique de Villepin et à ses amis et défenseurs de connaître ces faits sourcés peut aider à aller à la racine des affaires Cleastream 1 et 2 qui réside bien dans les 3 affaires de ventes d'armes françaises à Taiwan entre 1989 et 1999 et les milliards d'euros de rétro-commissions.

Je précise pour être encore parfaitement compris que si Dominique de Villepin vient à Taiwan, il pourra rencontrer, avec ses conseils, les enquêteurs et magistrats taiwanais, recueillir en toute sérénité leurs informations à titre amical personnel et les faire ensuite éventuellement valoir devant les magistrats instructeurs français (sous réserve des traductions adéquates de documents).

Cette suggestion parfaitement réalisable dans les faits me paraît présenter un intérêt certain pour la défense de Dominique de Villepin et donc sa victoire juridique ultime et rapide.

Ce qui est l'objet même de ce blog....

Espérant que mon message sera entendu et écouté.

Car plus vite cette affaire Clearstream 2 aura été éclairée et la bonne foi de Dominique de Villepin publiquement reconnue, il pourra rebondir politiquement, sous réserve des remarques sur les questions de tactique et de stratégie faites auparavant sur ce blog.

L'intérêt sur de multiples plans d'un voyage détendu et "informatif" de Dominique de Villepin à Taiwan me paraît ici manifeste.