Visite guidée du pôle financier du TGI de Paris en compagnie d'un juge d'instruction

Publié le par L'équipe du Blog

Nathalie nous propose la lecture d'un entretien fort instructif. Il s'agit de celui que la juge d'instruction Dominique de Talancé,  qui vient de claquer la porte du pôle financier du Tribunal de Grande Instance de Paris, où elle a passé dix ans, a accordé au Figaro. En voici quelques petits extraits:

"Ce pôle financier est aujourd'hui, selon moi, vidé de sa substance."

"Le parquet, directement lié à l'exécutif, est juge de l'opportunité de poursuites. C'est lui qui décide si telle ou telle affaire mérite d'être poursuivie. S'il décide qu'on ne la poursuit pas ou qu'on va différer cette poursuite, le pôle financier ne travaille pas. Les juges d'instruction ne pouvant pas s'autosaisir. Résultat : nous sommes dépendants de l'idée qu'a le pouvoir politique en place de ce qu'il doit réprimer ou pas. Et aujourd'hui, le parquet de Paris fait en sorte que les affaires financières complexes ne soient plus instruites par les juges du pôle financier. J'ai donc choisi de partir pour ne pas servir d'alibi."

"Il y a le pouvoir politique d'un côté et le pouvoir judiciaire de l'autre. Simplement le pouvoir judiciaire, malheureusement, est totalement dépendant de la politique qu'entend mener l'exécutif. Nous sommes parfaitement empêchés de travailler. Les juges financiers sont renvoyés au chômage technique."

"J'espère que la France sera sensible aux injonctions des diverses institutions internationales parmi lesquelles le conseil de l'Europe. Et puis je crois surtout que le public va se rendre compte que finalement ces grands scandales financiers lui sont préjudiciables et va se mobiliser. Le scandale du Crédit Lyonnais par exemple, c'est une somme d'argent prélevée à chaque Français. Je ne pense pas que le pouvoir politique, qui raisonne à court terme, ait l'intention de faire changer les choses."

L'intégralité de l'article:
http://www.lefigaro.fr/economie/2008/02/15/04001-20080215ARTFIG00533-les-juges-financiers-sont-empeches-de-travailler.php

 

Publié dans L'affaire Clearstream

Commenter cet article

Vibia Galla 17/02/2008 15:22

Pauvre Bertrand !! Seulement des insultes et aucun argument !!!

Bertrand 17/02/2008 13:10

Monsieur de Villepin, j'ai le même jugement sur vous qu'avait l' empereur sur Talleyrand.....

Vibia Galla 17/02/2008 08:50

Cette problématique des prérogatives du Parquet lié au pouvoir politique en place n'est pas nouvelle et il est curieux que certains la découvrent maintenant. D'ailleurs, les textes, à dessein, ne parlent pas de "pouvoir judiciaire" mais "d'autorité judiciaire". Cette crainte du pouvoir judiciaire se fonde sur la méfiance des révolutionnaires de 1789 envers les Parlements de l'Ancien Régime mais ils ont ainsi entraîné un nouveau déséquilibre, oubliant l'enseignement de Montesquieu. Comment faire bouger les choses ? L'opinion publique sera t'elle assez forte ? Il faudrait pour cela qu'elle soit relayée par une personnalité atypique à la tête de l'Etat, quelqu'un qui, comme Quirinus Quintus, se soucierait moins de son salut personnel que du bien commun.