Extraits du 18h/20h

Publié le par L'équipe du Blog

Quelques passages de l’entretien accordé par Dominique de Villepin à Guillaume Durand. Nous vous conseillons vivement de l’écouter car comme l’a très bien dit Mathilde c’était du Villepin !

 
Sur l’indépendance du Kosovo :
 
«  Dans ce contexte l’essentiel c’est de tout faire pour maintenir une position unie de l’Union Européenne : des messages clairs tant vis-à-vis de la Serbie que du Kosovo. Mais on ne peut pas être sans inquiétude devant la montée des passions dans cette région aussi proche […] »
 
Sur son rôle actuel :
 
« Je suis observateur pace que je n’ai pas de rôle actif dans la vie politique mais acteur parce que, en conscience, j’interviens dans la vie politique. C’est pour cela que je ne transige pas avec les convictions qui sont les miennes. Ma démarche, ce n’est pas une démarche partisane c’est une démarche de conviction. »
 
Sur la laïcité :     
 
« C’est avec conviction que je défends à la fois, bien sûr, des principes mais que je m’engage sur des questions qui me paraissent essentielles pour notre pays aujourd’hui. Je prends un exemple parce qu’il faut être concret : la laïcité. Pourquoi aujourd’hui rouvrir ou risquer de rouvrir des plaies autour de cette question, quand on voit que dans le monde entier cette question religieuse enflamme les esprits, crée beaucoup de tumultes et de violence alors même que nous avons appris, par notre histoire à parcourir un chemin qui nous a rassemblés autour de cette loi de 1905. La laïcité est un principe essentiel et intangible de notre République et je parle de la nécessité de ne parler que d’une seule voix sur ce sujet […]  »
 
Sur la politique étrangère
 
« Est-ce qu’il faut rouvrir des débats comme la question du retour de la France dans l’Otan ? Pourquoi aujourd’hui s’engager à créer une nouvelle base militaire au Moyen Orient ? Ce sont des questions qui ne sont pas des questions légères qui doivent être traitées de façon sérieuse et approfondie à travers un grand débat. Mais la priorité  pour moi c’est la réforme économique et sociale parce que nous devons réussir […]  » 
 
Sur la manière dont son engagement politique est perçu
 
« Ceux-là même qui devraient comprendre de façon efficace, utile, les messages qui leur sont adressés, je ne sais pas pourquoi, tendent justement à les mal comprendre. Si ceux qui ont en charge la réforme de notre pays ne saisissent pas les messages à temps, eh bien ils ne saisiront pas l’occasion de redresser la barre […]  c‘est une conception à mon sens trop partisane, trop pavlovienne de la politique […]»
 
Sur une adaptation française des néoconservateurs américains
 
« Je pense qu’aujourd’hui la tentation de la politique telle que nous la voyons se développer en France, est une conception qui tend à nous rassembler, à nous faire évoluer vers quelque chose qui n’est pas effectivement, la tradition gaulliste. Moi je ne suis pas un partisan passionné de la tradition mais par contre, je suis un convaincu de la nécessité de respecter l’identité française, convaincu qu’il y a un certain nombre de fondamentaux : la laïcité, la politique d’équilibre, je crois que ce sont des choses importantes  […] »
 
Diagnostic de la situation actuelle
 
« La grande erreur c’est quand on s’éloigne du diagnostic. Quand j’étais Premier ministre, il y a presque un an, nous avions une situation économie qui était meilleure qu’aujourd’hui. Nous avons une tendance de croissance qui est vers 1,5% selon le FMI ; nous avons un déficit commercial qui est entrain d’exploser, plus de 40 milliards ; nous avons une situation de déficit budgétaire qui tend à s’accroitre ; vraisemblablement une situation du chômage qui va soit stagner, soit régresser : prenons la mesure de la situation […]
 
Sur Clearstream :
 
« Ma sérénité est totale. Ce que je peux vous dire c’est deux choses. La première : non seulement je suis serein parce que je suis innocent mais je sais que cette sérénité est justifiée par le fait que la vérité me donnera raison. Il n’y a aucun fondement juridique à une quelconque accusation aujourd’hui, et par ailleurs il n’y a pas la dimension politique qu’on a voulu y mettre. Quand on est sûr qu’il vous sera rendu justice ; quand on est sûr que la vérité apparaitra, il restera alors deux questions, deux questions : qui a falsifié les documents, bien sûr mais par ailleurs, qui et pourquoi a permis cette instrumentalisation ?  […] J’irai jusqu’au bout de la vérité parce que je suis bien sûr le premier concerné et non seulement cette vérité je ne la crains pas, mais je la veux ! »
 
Sur ses relations avec Nicolas Sarkozy :
 
« Il n’y d’autant moins de rivalité que nous n'avons jamais eu les mêmes ambitions. Ce qui est vrai c’est que nous sommes extrêmement différents, que nous représentons deux traditions politiques différentes et que nous sommes deux personnalités, deux tempéraments profondément différents […] Quand la vie politique se simplifie par trop, se personnifie par trop, le risque alors c’est qu’on multiplie les erreurs, qu’on multiplie la confusion et que cette confusion l’emporte. »
 
Au sujet du mémorial de Gaulle et de la famille gaulliste :
 
« Je suis un homme libre, indépendant et guidé par des convictions. Je suis profondément ancré dans le gaullisme ; profondément fidèle à cette exigence : je n’ai jamais hésité à intervenir sur le fond des dossiers. Je l'ai fait comme ministre de l’intérieur. Rappelez-vous contre le communautarisme, contre la discrimination positive, contre les quotas, pour la laïcité. Je n’ai jamais changé d’avis sur ce qui pour moi constitue l’engagement profond de ma vie politique. Alors, que le monde change autour de moi, qu’il y ait le désir peut-être de marquer des ruptures qui ne me paraissent pas opportunes par rapport à cette réalité française, et que j’éprouve donc le besoin de défendre ces valeurs, c’est une vérité, et je suis profondément fidèle à mon engagement et  je le resterai !

Commenter cet article

Daisy 22/02/2008 22:30

Hmmm....chaque fois DDV critises sa majesté Sarko..les juges dans l'affaire clearstream sont dans les nouvelles. Quand DDV prend ses vacances ou quand il ne donne pas les interviews...rien! Coincidence?

Vibia Galla 22/02/2008 20:54

Monsieur de Villepin, si ce commentaire parvenait jusqu'à vous, j'aurais une requête à formuler. Accepteriez-vous de communiquer le texte qui a servi de fil conducteur à votre conférence de Bâle : "Poésie et pouvoir-pouvoirs de la poésie" ? Je suis convaincue que nous sommes nombreux à être intéressés par sa lecture.

Quoiqu'il en soit, soyez remercié pour votre oeuvre littéraire et pour votre action politique qui, l'un et l'autre, nous apportent une élévation de l'Etre.

Vibia Galla 22/02/2008 20:32

Bravo Samira, je souscrits totalement à votre commentaire n°19. Le gouvernement doit être une émanation du Parlement et non le contraire. Il faut que nos députés aient ce courage politique et que nombre d'entre eux cessent également de caler leurs positions en fonction des fluctuations prétendues de l'opinion et dans la crainte conséquente de ne pas récupérer leur électorat.

Citoyen 22/02/2008 19:59

Information dans le Figaro de ce soir: Goulard, député villepiniste, pense à créer, dans le moyen terme, un "groupe" à l'assemblée.

mathilde 22/02/2008 16:15

Quand les psys se penchent sur le "cas" !

http://www.marianne2.fr/Quand-les-psys-se-penchent-sur-le-cas-Sarkozy_a84147.html?TOKEN_RETURN