Dominique de Villepin: "Je veux offrir une alternative"

Publié le par L'équipe du blog

Interview de Dominique de Villepin dans L'Express à paraître Jeudi 3 Septembre:

Sur l'indépendance de la Justice, sur clearstream:

Dominique de Villepin s'en prend à Nicolas Sarkozy.
« Garant de l'indépendance de la justice, le président de la République n'a pas à donner son opinion sur une affaire judiciaire en cours » , dit-il à propos des déclarations du chef de l'État sur Clearstream dans Le Nouvel Observateur. «Il pèse sur le dossier de tout son poids institutionnel (…). Pour éviter la confusion des genres, il aurait dû faire preuve d'une grande retenue»  (...).

Sur la France, les réformes:

Combatif, Villepin ne veut pas circonscrire sa parole à sa seule défense dans le dossier Clearstream qui lui vaudra un procès hypermédiatisé. Il multiplie les critiques contre l'action de Sarkozy. Pointant du doigt un «malaise français» , il met en garde contre les « dérives de l'hyperprésidence où une réforme chasse l'autre, dans l'urgence et l'émotion» . Il raille au passage le slogan de campagne «Travailler plus pour gagner plus». « Le défi, désormais, est davantage de travailler tous pour vivre mieux», conclut-il. Avant d'affirmer, un brin provocateur : «Je veux offrir une alternative.» 

M. de Villepin accuse son rival de "fragiliser notre modèle républicain". "Je suis frappé par la récurrence d'un raisonnement à la fois simplificateur et moralisateur, qui consiste à opposer en permanence les bons et les méchants et à faire de la stigmatisation et de la punition les axiomes de la vie publique".

"C'est une vision où l'autre -le chômeur, l'immigré, le fonctionnaire, l'adolescent qui télécharge des films- est suspect a priori", dénonce-t-il.
 

Sur l'élection présidentielle:

Interrogé sur une éventuelle candidature en 2012, il répond que "tout cela est prématuré" sans pour autant exclure quoi que ce soit. "Je suis résolument engagé au service de la France. J'ai la conviction que l'élection présidentielle marque un rendez-vous entre un homme et un peuple, au-delà des clivages partisans et des intérêts personnels".

Source: Le Figaro / AFP

Publié dans L'affaire Clearstream

Commenter cet article

Valérie 06/09/2009 22:56

J'ai justement commandé ce livre cet am surtout après avoir lu le commentaire sur le figaro de cette nycole(peu avarde de méchancetés contre DdV avec laquelle j'ai déjà eu quelques joutes)Je lui ai rétorqué vos remarques mais elles ne sont pas publiées!
Certain dans la partie civile s'étonne de ce que Lahoud ait déclaré avoir rajouté les noms de Sarkozy dans le bureau de Bertrand(qu'il est incapable de décrire)

Philippe 06/09/2009 21:40

Valérie,

Il devrait exister des députés et sénateurs, qui, par delà des opinions partisanes très légitimes en démocratie, devraient manifester à haute et intelligible voix leur révolte et leur colère au nom de la République.

S'il est exact que les rétro-commissions étaient destinées à des personnalités et partis politiques de tous bords, cela ne devrait pas empêcher de vrais élus du peuple de se dresser pour promouvoir la vérité et l'honnêteté, dans leurs partis respectifs.

A priori, cela devrait d'abord être le cas des députés et sénateurs qui affirment se reconnaître dans l'action et la pensée de Dominique de Villepin.

Ce serait là un bon début et une rupture avec les pratiques passées qui ont conduit à l'histoire de fous qui a donné lieu à l'affaire Clearstream 2.

Sur les affabulations évidentes et successives d'Imad Lahoud, vous avez eu raison de rappeler sa conversion au judaïsme, ce qui le rendait encore plus crédible quand il voulait faire croire à la DGSE qu'il rencontrait, presque à volonté, Ben Laden....et s'occupait de ses affaires financières.

Pour conclure sur une note pratique, je conseille à tous les élus et citoyens partisans de Dominique de Villepin de lire le livre de Frédéric Charpier " une histoire de fous- le roman noir de l'affaire Clearstream".

Car il met en évidence toutes les lacunes de l'instruction de "Zig et Puce", les pistes laissées de côté, les affabulations des uns et des autres, les contradictions dont le dossier fourmille et enfin le vide sidéral de présomptions contre Dominique de Villepin, si l'on se réfère aux délits énoncés pour lesquels il est poursuivi.

Ce livre me paraît de plus en plus, en le relisant avec soin et minutie, un appel d'air qui ne peut que donner du souffle et des arguments solides, étayés, publics, à la défense de Dominique de Villepin.

N'en déplaise au JDD du "frère du Président" et à certains rédacteurs- pas tous- (sensibles aux pressions de l'Elysée) de Rue89, un site d'informations qui a pourtant de bons journalistes, capables de discerner l'essentiel dans un livre.

En espérant que les députés et sénateurs villepinistes vont vraiment se faire entendre à l'Assemblée et au Sénat, voire dans les médias,

Bien cordialement,

Valérie 06/09/2009 12:16

Je crains Philippe que sénateurs et députés ne s'intéressent à clearstream 1 car l'affaire des rétrocommissions touche le PS comme la droite(balladurienne)à l'époque.
Quant à Imad Lahoud,c'est un malade.Celà fait plusieurs fois que je tombe sur des commentaires d'internautes l'ayant cotoyé au lycée qui décrivent son côté affabulateur(lire celui de crédibel du 05/09 à 12h31 sur le figaro art."clearstream:Lahoud accuse de V.et Gergo.)
Lahoud rencontrer Ben Laden au Liban surtout qu'il s'est converti au judaïsme pour son marriage(précisé dans le portrait qu'en avait fait le figaro en 2006 en présentant les différents protagonistes de l'affaire)

Philippe 05/09/2009 23:11

Bonsoir,

Un petit rajout concernant la "fiabilité" d'Imad Lahoud qui, comme le relate le livre de Frédéric Charpier citant un haut fonctionnaire, a déjà donné 19 (dix-neuf!!!) versions différentes à la Justice sur ses faits et gestes.

Pour constater très objectivement du caractère réel de ce personnage, il suffit de lire les notes des rapports de son officier-traitant à la DGSE dans le livre "Histoire de fous", notamment, celle, hallucinante, où il essaie de faire croire à la DGSE qu'il avait caché chez sa mère- à Beyrouth- des documents bancaires confidentiels, gardés par lui- sur les finances d'Oussama Ben Laden.

Chacun sait bien que Ben Laden donne ses comptes bancaires personnels au premier venu, surtout et de plus d'origine maronite chrétienne!!!

Visiblement, pour tous les divers "services" dits "secrets" qui ont eu affaire à Imad Lahoud, le qualificatif qui revient comme un leitmotiv est "affabulateur".

Il est vrai qu'avec déjà 19 versions de son histoire, une vingtième ne peut nuire.

Même les journalistes qui l'ont rencontré, tel Denis Robert, estiment qu'il est un grand affabulateur. Ceci dit, il fut aussi, comme le rappelle le livre cité plus haut, condamné à la prison et une lourde amende pour des pratiques très douteuses dans la gestion d'un fonds d'investissement (en clair, ses clients l'accusaient d'escroquerie).

Voilà un rapide portrait d'Imad Lahoud que l'on doit à l'enquête minutieuse et documentée, elle, sur les faits et la crédibilité d'Imad Lahoud.

Pour rire un peu plus, le livre relate aussi, que si l'on en croit Imad Lahoud, il aurait rencontré en tête à tête à Beyrouth 3 fois Oussama Ben Laden!!!

Bref, à l'en croire, afin de rencontrer tranquillement pour parler finances l'homme le plus recherché au monde, il suffit d'aller à Beyrouth et de prendre un rendez-vous, comme chez un dentiste, pour le voir. Incroyable, non?

Le plus drôle est que l'on voit parfaitement naturellement Oussama Ben Laden se promener au Liban -pays où les citoyens musulmans sont de tendance chiite et les autres chrétiens maronites alors que lui est de tendance sunnite.

Mais, ces subtilités-là, Imad Lahoud ne les a pas acquises.

Bref, quand cet homme accuse quelqu'un, par exemple Dominique de Villepin dans un journal, il l'innocente de suite.... tant il est crédible.

Rendez vous compte; un homme qui rencontre Bel Laden à volonté et gère ses affaires financières (dans sa tête au moins) est à l'évidence un témoin à charge contre Dominique de Villepin qui inspire, non pas la confiance, mais le plus énorme des fous rires.

La partie civile qui réside à l'Elysée a trouvé là un vrai témoin.... de moralité indiscutable, fiable et totalement crédible!

Enfin.... pour la défense!

Bien cordialement,

Philippe 05/09/2009 18:31

Bonjour,

Merci tout d'abord de vos commentaires sympathiques sur mes modestes remarques et petites informations.

Je résumerais ainsi la tâche essentielle, par les temps actuels, de tous les défenseurs- et leur couleur politique importe peu ici- des principes essentiels de la République que le pouvoir en place veut détruire: protéger la République en mettant en avant, partout où cela est possible afin de toucher le plus grand nombre possible de citoyens,des arguments clairs, précis et indiscutables qui montrent que, dans le dossier Clearstream 2, le pouvoir en place cherche à éviter à tout prix que l'on parle de l'origine fondamentale du dossier ( les 600 millions de dollars de rétro-commissions destinées à des Français), quitte à attaquer les fondements de la République et de la démocratie.

Les députés et sénateurs ont ici un devoir particulier et impérieux: s'exprimer au nom des citoyens contre les dérives totalitaires d'un groupe de gens, de plus très minoritaires e, termes de soutien dans la population.

C'est aussi par eux, par leurs voix résonnant fort de tous côtés, que la République peut être protégée.

Car, maintenant, il est évident que la France se dirige droit vers une crise politique majeure, assortie et entourée d'une crise sociale et économique d'ampleur.

En atteste la sortie du livre d'Yves Bertrand qui n'hésite pas, avec ironie, à qualifier Nicolas Sarkozy de "Général Alcazar" dans les aventures de Tintin.

Il y a donc bien crise au sommet de l'Etat, au sein de l'Etat, et l'affaire Clearstream 2 est en voie de cristalliser tous les éléments de ces crise en un seul bloc.

Bien cordialement,