Dominique de Villepin à l'université de Bâle

Publié le par L'équipe du Blog

Merci à Christiane qui nous informe que Dominique de Villepin donnait ce soir une conférence à l'université de Bâle, après avoir effectué la visite du musée Beyeler qui comprend des tableaux et sculptures représentatifs de l'art moderne.

Le sujet est : "Poésie et pouvoir - Pouvoirs de la poésie". 

Voici son portrait tel qu'il figure à l'adresse:
http://www.sef-bale.ch/sef_agenda.php

Ancien ministre des affaires étrangères, puis ministre de l’Intérieur et Premier ministre jusqu’en mai 2007, Dominique de Villepin est certes connu pour ses qualités d’homme politique. 

Cependant, depuis la publication en 2003 de son ouvrage Éloge des voleurs de feu chez Gallimard, il est évident que Dominique de Villepin suit également une autre trajectoire, celle de l’écrivain et de l’essayiste. Il s’agit d’une vaste étude au ton personnel que Dominique de Villepin propose en guise de définition du poète lyrique. Empruntant une phrase de Rimbaud « Donc le poète est vraiment voleur de feu », le titre définit, en partie au moins, le projet. Effectivement il s’appuie sur une conception essentiellement rimbaldienne de l’acte d’écrire en y privilégiant les poètes du XIXe et XXe siècle. 

Dans le recueil Urgences de la poésie, publié en 2005 à Casablanca aux éditions de la Maison de la Poésie du Maroc, Dominique de Villepin a publié trois poèmes de sa propre plume dans un livre illustré par Mehdi Qotbi. 

Dominique de Villepin est également auteur de différents essais historiques et politiques, notamment d’une étude sur la fin de Napoléon, Les Cent jours ou l’esprit de sacrifice (Perrin, 2001), pour laquelle il a reçu le grand prix de la Fondation Napoléon et le prix des Ambassadeurs. 

En janvier 2008 paraît Journal de l’Aube (Plon), une sorte de journal littéraire d’un insomniaque tenu par le Premier ministre pendant deux ans à Matignon.
 


Observation:
Vous aurez, bien entendu, comme nous le signale Laetimeg, traduit "journal de l'aube" en "hotel de l'insomnie". Mais le texte émanant de la Société d'Etudes Françaises de Bâle, nous ne pouvions nous permettre de le retoucher.

Commenter cet article

Daisy 19/02/2008 18:32

ELIZABETH-

Je vous envie. A-t-il donné un discours? Savez vous s'il y a un texte? Est-il en ligne? (Pardonnez-moi, mon français, c'est n'est pas bon).

samira 19/02/2008 18:30

Vous avez bien de la chance Elisabeth d'avoir assisté à la conférence de DDV !
Une chose me chagrinne un peu, c'est que les gens se soient abstenu de poser des questions de peur de ne pas être à sa hauteur. Je pense qu'il ne faut tout simplement pas chercher à être à sa hauteur. Chacun a sa façon d'être, de voir et de vivre le monde, même celui de la littérature. DDV est un homme qui me semble simple et accessible. Il le dit sans cesse: il a surtout besoin de fraternité et donc de rencontrer les autres.

elisabeth 19/02/2008 16:46

J'ai eu le plaisir d'assister à la conférence de Dominique de Villepin à l'université de Bâle, à l'image de son livre intitulé "Hôtel de l'insomnie" le public est resté en haleine pendant sa brillante conférence, son art oratoire, sa maîtrise de la langue française et son immense culture. Aussi bien que personne n'a osé poser de question, sous peur de ne pas être à la hauteur de l'orateur.

laetimeg 19/02/2008 09:34

Il serait bien de modifier le texte en remplaçant "Journal de l'Aube" par "Hôtel de l'Insomnie" en le précisant pour les lecteurs...

Philippe 19/02/2008 08:24

Sarkozy: un "perdant permanent" et "un cocu commercial" (selon des commentaires de langue chinoise)

Lybie: la France a encore perdu un marché promis...à Nicolas Sarkozy par le très "démocratique" Khadaffi, chef de la riche Lybie (pour son peuple, c'est autre chose).

C'est en fait une autre dictature, la Chine, qui a obtenu in fine le contrat des chemins de fer lybiens. La Chine que Nicolas Sarkozy avait viistée auparavant et qui se montrait si polie avec le petit pseudo-Président français.

Encore une mauvaise nouvelle pour le "pseudo-Président" qui avait perdu sa crédibilité publique interne du fait de sa réception à Paris du dictateur lybien en se pliant à ses quatre volontés sans rien obtenir de concret... que des promesses orales de gros contrats.

Nicolas Sarkozy perd la main en France, il perd les marchés à l'extérieur. Et dire que cette visite a été le début de ses déboires dans l'opinion publique...

Je ferai bientôt le bilan des ventes françaises en Chine en relation avec les promesses données à Nicolas Sarkozy. Cela va aussi être très instructif!

------------------------------------------------

Source: Taipei Times du 19/02/2008

Texte: "CRCC wins Libya deal

China Railway Construction Corp (CRCC) has won a US$2.6 billion contract to construct two rail lines in Libya, Xinhua news agency reported yesterday. The orders call for a 352km railway along Libya's Mediterranean coast from Khums to Sirt, and an 800km line in the south from Sebha to Misurata, the agency said. The coastal railway is expected to take four years to complete and the line in the south three years, it said.

Lien:http://www.taipeitimes.com/News/worldbiz/archives/2008/02/19/2003401965